Il était un fois, mon foie : La Porte de Dieu : La foi

Inferior aspect shows Etruscan names of gods engraved in bronze.The bronze liver of Piacenza :
names of Gods in sectors of the inferior aspect.

The bronze liver of Piacenza : different lighting in an attempt to read correctly the etruscan names of Gods in sectors of the inferior aspect.

An attempt to read correctly the etruscan names of Gods in sectors of the inferior aspect of the Piacenza bronze liver.

Another attempt to read correctly the etruscan names of Gods in sectors of the inferior aspect of the Piacenza bronze liver.

Gray’s classical rendition of the inferior aspect of the human liver 

Liver of a sheep, visceral aspect 1 left lobe, 2 right lobe, 3 caudate lobe, 4 quadrate lobe, 5 hepatic artery and portal vein, 6 hepatic lymph nodes, 7 gall bladder (Photo credit: Wikipedia)

The aptly named Liver, from live, vital, maker of blood, covered in tale-tell membranes, vallonated, and mysterious in configuration, is the Gate of Gods, and the organ of true vision ( Annick de Souzenelle, Le symbolisme du corps humain ). SEMI caved is a syllabic reversal ( SYRE ) of ved-ca followed no doubt by metathesis and an initial digamma of ve-cad ( vve-cad > fe-cad ) in Yehuda Levy’s vision of Hebrew is Greek,

A. Etymology

fégato ( ITAL )

ficao ( SARD )

fécato ( NAPO )

fégat ( ROMG )

feghet ( BOLO )

figà ( VENE )

fédigo ( RMSC )

fétigo ( RMSC )

fidig ( PIEM )

fidegh ( LOMB )

ficàtum Jecur ( LATI )

fedges ( PROV )

feie ( OFRA )

foie ( FRAN )

Figado ( PORT )
higato ( SPAN )
ficat ( DARO )

< Sweet taste of swine liver ? ( Delâtre ) or „enggraissé aux FIGUES” – fattened ( Littré ) cf. sykoti ( HELL ) and sykon ( HELL ) cf yakrt ( SSKT ), > ficàtum Jecur ( ITAL ) figo yakrt, > figurat ? ( Courtesy of Francesco BonomiVocabolario Etimologico della Lingua Italiana Tutti i diritti riservati Copyright 2004-2008 )

HERNIA (LATI), MARUNTAIE (DARO) < HARU (ETRU) HARU (ETRU) < gher-, ghor-na, „bowels, entrails” (PIEU) The first element of the word haru_spex originates ultimately in Proto-Indo-European gher-, ghor-na, „bowels, entrails”, from which Latin hernia, „protruding viscera”, and hira, „empty gut”, also derive. The second part of the word haru_spex, „observer”, is related to the Latin verb spicio, spicere, spectus, „watch”.  

B. Ancient Babylonian hepatoscopy

( From 8000 INSC over 1200 years, starting around 1500 BC )


List of images in Gray’s Anatomy: XI. Splanchnology (Photo credit: Wikipedia) 1. Lobe gauche ; 2. Lobe droit ; 3. Lobe de Spiegel ou lobe caudé ; 4. Lobe carré ou éminence porte antérieure ; 5. Artère hépatique et veine porte ; 6. Ganglions (ou nœuds) lymphatiques ; 7. Vésicule biliaire.

The Babylonians were famous for hepatoscopy.

This Babylonian practice was mentioned in the Book of Ezekiel 21:21:

„For the king of Babylon stands at the parting of the way, at the head of the two ways, to use divination; he shakes the arrows, he consults the household idols, he looks at the liver.”
The liver was considered the source of the blood and hence the base of life itself.

From this belief, the Mesopotamians deemed the liver of special sheep the means to discover the will of the gods. The priest, called a bārû, was specially trained to interpret the „signs” of the liver and a monumental compendium of omens was assembled called the Bārûtu.

The Bārûtu, the “art of the diviner,” is a monumental ancient Mesopotamian compendium of the science of extispicy or sacrificial omens stretching over around a hundred cuneiform tablets which was assembled in the Neo-Assyrian/Babylonian period based upon earlier recensions.[1]:46

At the Assyrian court, the term extended to encompass sacrificial prayers and rituals, commentaries and organ models.[2]:619–620

The ikribu was the name of collections of incantations to accompany the extispicy.

The bārûtu’s extant predecessors date back to Old Babylonian times with the liver models from Mari (pictured right) and where the order of the exta were largely fixed.

The task of the bārû, or diviner, was summarized as

lipit qāti hiniq immeri naqē niqē nēpešti bārûti,

“the ‘touch of hand’, the restriction? of the sheep, the offering of the sacrifice, the performance of extispicy.”[3]:23

This required elaborate ritual purity, achieved through

washing hands and mouth,

donning fresh clothing,

placing tamarisk and cedar into the diviner’s ears,

anointing and fumigation with sulfur[3]:29 –

all measures to avoid the outcome of the apodosis lā ellu niqâ input,
“an unclean person has touched the sacrifice.”

The autopsy then proceeded in a counter-clockwise direction, beginning with the liver, the lungs, then the breastbone, vertebrae, ribs, colon and finally the heart.

The Babylonians were famous for hepatoscopy.

Contents

1,0 The Text of the bārûtu
1.1 The Parts of the bārûtu
1.2 The Copyists of the bārûtu
1.3 The References on bārûtu


1.0 The text

The work is particularly difficult to interpret due to the extensive use of graphemes, but included an estimated 8,000 omens.[2]:620

These were the accumulation of a millennium and a half of observations of political, social and private events and the divinatory signs that accompanied them but bereft of their chronological context or other identifying marker and stylistically posed in the form of a prediction.

Occasionally, an attribution is made to a king, but it is inevitably archaic:

„Omen of Šarru-kīn whose troops were shut in by a rainstorm and exchanged weapons among themselves” (padānu tablet 4),[4]:193

“Omen of king Amar-Su’ena, who was gored by an ox, but died from the bite of a shoe” (padānu commentary),[4]:244

“Omen of king Tiriqqan, who in the midst of his army took flight” (pān tākalti tablet 6),[4]:351

“Omen of king Rimuš, whom his courtiers killed with their seals” (pān tākalti tablet 13),[4]:394 or

“Omen of the Apišalian, whom Narām-Sîn captured by tunnelling.”[5]

Some of the signs are identified as pitruštu, “ambiguous,” or by another „wild card” niphu, „unreliable,” while others echo modern concerns, šatammu ekalla imallalu, “the accountants will plunder the palace!”[4]:332

Some predict the weather: enūma lullik šamū ikallâni, “whenever I want to go out rain will stop me.”[4]:360

Some give quite specific predictions, edû rākib imēru irruba, “a famous person will arrive riding on a donkey,”[4]:462 while

others are vague, ina ūmi rūqi rigmu, “long-term forecast: lament.”[4]:349

Some predict li’ibu-, masla’tu- or qūqānu – disease or other disorders:

“If the pleasing word is split above and below: the man’s teeth will come loose.”[4]:62

The majority of the omens, however, concern royal and military affairs.

1.1 The parts of the bārûtu

The barūtû is divided into ten “chapters” (summarized in the table below), each dealing with a different aspect of entrail divination, but predominantly concerned with the examination of the

ṭuppu ša ilī, the „tablet of the gods,” or
the liver ( amūtu ) .[6]:98

The Babylonian and Assyrian versions vary slightly in arrangement due to the Babylonian predilection for sixty line tablets. [1]:52

n. Cuneiform Old text  ( Babilonian More Recent Name in Akkadian) Subject of the entry Tablet count [2]:620

1. BE GIŠ.DAL ( šumma išru ) The „fetlocks” ( kursinnu ) or „thighs”?

Also includes :

KIŠIB.MEŠ ( kunukkū ), the „seal (impression)” = vertebrae,
KAK.TI, the rib cage, najabtu, the floating ribs or cartilages and
GAG.(=KAK.)ZAG.GA ( kaskāsu ), the breastbone[1]:46–47

2. BE ŠÀ.NIGIN ( šumma tirānu ) The „intestines

Parts of the sheep other than the liver and lungs, and includes the coils or convolutions of the sacrificial animal’s colon and the kidneys (BIR)[1]:50–51

3. BE NA  ( šumma manzāzu ) The „presence” or „station”

The liver examination commences with the groove or reticular impression on the liver’s lobus sinister, known as the IGI.BAR or KI.GUB ( na plastum ),

in the Old Babylonian period [6]:99

4. BE GÍR ( šumma padānu ) The „path

Another groove on the liver’s lobus sinister, the abomasal impression on the ventral lobe perpendicular to the „station”. A series of obscure features of the facies visceralis consisting of twelve subsections:
NÍG.TAB ( maṣraḫ naṣrapti ),
the „dyeing vat” or „crucible” (lesser omentum? on the ventral lobe)
KA.DÙG.GA ( pû ṭābu ),
the „pleasing word”
KALAG ( danānu ), „strength”
(abomasal impression)
ME.NI/KÁ.É.GAL ( bāb ekalli ),

„palace gate” (umbilical fissure)[8]
SILIM ( šulmu ),

„well being” ( lobus quandratus )[6]:101
GÍR 15 ZÉ ( padān imitti marti ), „path to the right of the gall-bladder”
GÍR 150 ZÉ ( padān šumēl marti ), „path to the left of the gall-bladder,”

a groove on the lobus dexter of the liver
ŠUBAŠ.TE/ŠUB-(GIŠ)GU.ZA ( nīddi kussî ),

„base of the throne” ( impressio renalis? )

5. BE IGI.TÙN ( šumma pān tākalti ) The „front of the pouch

NE MU ( uncertain meaning ),

TÙR (tarbaṣ), „cattle fold” and kiṣirti, the „ridges”
MÁŠ (ṣibtu), „increase” (mammillary process)
DU8 2, 30, the „left fissure” (processus papillaris),

ZI 150 ( tīb šumēlim ) the „left rise”
and tīb šāri „rise of the wind”
Ni-ri (nīru), „yoke” ( omasal impression ) [4]:267ff

6. BE ZÉ ( šumma martu ) The „gall bladder

Divided into the

“tip” (appu),

“top” (rēšu),

“middle” (qablu),

“bottom” (išdu),

“narrow part” (qutnu),

andmaṣrahu or cystic duct.

7. BE ŠU.SI ( šumma ubānu ) The „finger” The „head of the liver”

the caudate lobe or caput iecoris on the left side of the liver, which was subdivided into the regions:

the „land” (KUR),
the „median area” (ṣēr bīrīti) and
the „palace” (ekallu)

8. BE GIŠ.TUKUL ( šumma kakku ) The „weapon” or „fortuitous markings”

A small piece of liver tissue that sticks out in the form of a club or peg[4]:48–51

9. BE ḪAR(=MUR) ( šumma ḫašu ) The “lungs”[9]

Including the ‘middle finger’ (ubān hašî qablītu), or the accessory lobe of the right lung, and the “cap” (kubšu), or apical lobe? of the lung[10]

10. BE mul-ta-bil-tum ( šumma multābiltu ) „Analysis„, i.e., the “one who interprets” Treats with the rules of association, ambiguous signs, extraordinary appearances and the šumma amūtuomens, for the liver as a whole[3]:36–37 17

File:Tablet bowels sheep Louvre 6033.jpgClay tablet representing the bowels of a sheep. The inscription reads: „Left and right meet on the right, and meet an end here”, in the Louvre.

Commentaries exist for each part to elucidate the esoteric character of the omens, called NÍG.PÀD.DA ( mukallimtu ), typically bringing together omens with similar protases from each chapter.[4]:31

Excerpts or corpendia were written to make the manual more user-friendly, such as that known as KAR 423 after its primary publication reference, and it was these truncated versions of the omens that seem to have been consulted during the actual divination process.

The dub ḫa.la tablets record observations derived from scholarly debates relating to the behavior of sacrificial lambs before and during the ritual and there were also “orientation tables” in the form of extispicy models (example pictured left) and interpretive grids to assist with the training of bārû.[11]

1.3 The copyists

The compendium seems to have been under progressive editorship as witnessed in correspondence of the senior diviners under Esarhaddon, Marduk-šumu-uṣur, Naṣiru, and Tabni, who collectively advised the king that

The series should be rev[ised]. Let the king command: two ‘long’ tablets containing explanations,

or antiquated words should be removed, and two tablets of the haruspices’ corpus should be put (instead).[2]:618–619

In 647 BC, at least 135 writing boards of bārûtu were expropriated from private collections, many from Bīt Ibâ, the subject of a Babylonian revolt.

Captive scribal labor was employed at the Assyrian capital to contribute to the local material assimilated from older libraries such as those of

Nabû-zuqup-kēnu, who was recorded as the copyist of a manzāzu commentary dated to 704 BC, from Nineveh.[2]:619

Nabû-ušallim, son of Nabû-pašer, was a bārû whose name appears on the colophon of one mukallimtu, and an individual by this name is known from amongst the authors of

divinatory queries, or tamītu, during the Neo-Assyrian period.[2]:620

By the late Hellenic period, the text of the series had beckme more ossified as astrology superseded extispicy as the preferred method of divination.

Exemplars include pān tākalti tablet 6, copied by Anu-aha-u šabši in 180 BC, Uruk, and

pān tākalti tablet 15 copied by Itti-Marduk-balāṭu, son of Ša-našī-šu, from late Babylonian Sippar.

The liver was divided into sections with each section representing a particular deity.

The Nineveh library texts name more than a dozen liver-related terms and before cuneiform writing was even deciphered, hints of the existence of Babylonian hepatoscopy were recorded in the Bible.

One Babylonian clay model of a sheep’s liver, dated between 2050 and 1750 BC, is conserved in the British Museum.[1]

The model was used for omen divination which was important to Mesopotamian medicine.

This study was carried out by priests and seers who looked for signs in the stars, or in the organs of sacrificed animals, to tell them things about a patient’s illness.

Wooden pegs were placed in the holes of the clay tablet to record features found in a sacrificed animal’s liver.

The priest or seer then used these features to predict the course of a patient’s illness.

Haruspicy was part of a larger study of organs for the sake of divination, called extispicy, paying particular attention to the positioning of the organs and their shape.

There are many records of different peoples using the liver and spleen of various domestic and wild animals to forecast weather. There are hundreds of ancient architectural objects, labyrinths composed of cobblestones in the northern countries that are considered to be a model of the intestines of the sacrificial animal, i.e. the colon of ruminants.

C. Etruscan haruspicy

The Etruscans were also well known for the practice of divining by the entrails of sheep.

A bronze sculpture of a liver known as the „Liver of Piacenza”, dating to around 100 BC, was discovered in 1877 near the town of Piacenza in northern Italy.

It is marked with the name of regions assigned to various deities of Etruscan religion.

In Etruscan mythology, Tarchon and his brother, Tyrrhenus, were culture heroes who founded the Etruscan Federation (or League) of twelve cities, the Dodecapoli.

One author, Joannes Laurentius Lydus, distinguishes two legendary persons named Tarchon, the Younger and his father, the Elder.[1]

It was the Elder who received the Etrusca Disciplina from Tages, whom he identifies as a parable.

The Younger Tarchon fought with Aeneas after his arrival in Italy.

The Elder Tarchon was a haruspex, who learned his art from Tyrrhenus, and was probably the founder of Tarquinia and the Etruscan League.

Lydus does not state that, but the connection was being made at least as long ago as George Dennis.[2]

Lydus had the advantage in credibility, even though late (6th century AD), of stating that he read the part of the Etrusca Disciplina about Tages and that it was a dialogue with Tarchon’s lines in „the ordinary language of the Italians” and Tages’ lines in Etruscan, which was difficult for him to read. He relied on translations.

In Virgil’s Aeneid, Tarchon, king of the Tyrrhenians, leads the Etruscans in their alliance with Aeneas against Turnus and the other Latian tribes.[3]

The legend fits well with Lydus’, as this Tarchon must been the younger, dating him to the century immediately after the Trojan War.

Nothing in the archaeology of Tarquinii and the other cities of the league contradicts these legends, as they were all founded in Late Bronze Age/Early Iron Age contexts; i.e., in one round number, about 1000 BC.

The legends indicate that Aeneas was not an Etruscan, that he arrived in an already existing Etruria, and that it is to be dated to before the Trojan War.

Dodecapoli

The Dodecapoli is:

Ancient/ Modern

Aritim/ Arezzo
Kisra/ Cerveteri
Clevsi-n/Clusium/ Chiusi
Curtun-a/ Cortona
Perusna/ Perugia
Pupluna/ Populonia
Tarχuna/ Tarquinia-Corneto (named after Tarchon the Younger)
Vatluna/ Vetulonia
Velathri/ Volterra
Velzna/ Orvieto
Velχ/ Volci
Veia/ Veio (an archaeological site)

Rusellae/ Roselle is incorrectly considered to have been part of the league by some modern authors.

Likewise, since Vipsul/ Fiesole was probably founded in the 9th-8th century BC and the Dodecapoli was founded by the Lydian brothers, Tyrsenos and Tarchon, who are both assumed to have lived in the 11th century BC, it is impossible that Vipsul was part of the league.

1.4 References

^ Lydus, Joannes Laurentius. „2.6.B”. De Ostentis.
^ Dennis, George; William Thayer (Editor) (1848, 2009). „Chapter XIX Tarquinii – The City”. The Cities and Cemeteries of Etruria. London, Chicago: John Murray, University of Chicago. p. 372 Note 5. Retrieved 24 June 2009.
^ Book VIII.506, 603; X.153, 290; XI.727, 746

The art of haruspicy was taught in the Libri Tagetici, a collection of texts attributed to Tages,

a childlike being who figures in Etruscan mythology, and who was discovered in an open field by Tarchon; the Libri Tagetici were translated into Latin and employed in reading omens.

Around 1900, a professor of anatomy, Ludwig Stieda, sought to compare this artifact with a Mesopotamian one dated to a millennium earlier.

If the Etruscans originated in Anatolian Lydia, as Herodotus suggested, haruspicy would have been among their inheritance from the Luwian heirs of the Hittites.[citation needed]

The continuity of the Etruscan tradition among the Romans is indicated by several ancient literary sources, perhaps most famously in the incident related by Suetonius [2]

in which a haruspex named Spurinna warned Julius Caesar to beware the Ides of March.

D. Roman haruspicy

The emperor Claudius was a student of the Etruscan language and antiquities, and opened a college to preserve and improve their art, which lasted until the reign of Theodosius I, the Christian emperor who dismantled the last active vestiges of the traditional state cult.[citation needed]

Further evidence has been found of haruspices in Bath, England where the base of a statue dedicated by a haruspex named Memor.[citation needed]

See also

Anthropomancy
Augur
Auspice
Notes

^ BM WA 92668.
^ Suetonius, Divus Julius 81.
References

Walter Burkert, 1992. The Orientalizing Revolution: Near Eastern Influence on Greek Culture in the Early Archaic Age ( Thames and Hudson ), pp 46–51.
Derek Collins, „Mapping the Entrails: The Practice of Greek Hepatoscopy”

American Journal of Philology 129 [ 2008 ]: 319-345
Marie-Laurence Haack, Les haruspices dans le monde romain

( Bordeaux : Ausonius, 2003 ).

E. 1911 Encyclopædia Britannica, Volume 13 article on Haruspices

Wikisource has the text of the 1911 Encyclopædia Britannica article Haruspices.
Haruspices, article in Smith’s Dictionary of Greek and Roman Antiquities
Figurine of Haruspex, 4th Cent. B.C. Vatican Museums Online, Gregorian Etruscan Museum, Room III
See also Haruspex on Wikipedia, and our 1911 Encyclopædia Britannica disclaimer.
HARUSPICES, or Aruspices (perhaps “entrail observers,”

cf. Skt. hira ( SSKT ), Gr. χορδή ( HELL ) ), a class of soothsayers in Rome.

Their art (discipline ) consisted especially in deducing the will of the gods from the appearance presented by the entrails of the slain victim .

They also interpreted all portents or unusual phenomena of nature, especially thunder and lightning, and prescribed the expiatory ceremonies after such events.

To please the god, the victim must be without spot or blemish, and the practice of observing whether the entrails presented any abnormal appearance, and thence deducing the will of heaven, was also very important in Greek religion.

This art, however, appears not to have been, as some other modes of ascertaining the will of the gods undoubtedly were, of genuine Aryan growth.

It is foreign to the Homeric poems, and must have been introduced into Greece after their composition. In like manner, as the Romans themselves believed, the art was not indigenous in Rome, but derived from Etruria.[1]

The Etruscans were said to have learned it from a being named Tages, grandson of Jupiter, who had suddenly sprung from the ground near Tarquinii. Instructions were contained in certain books called libri haruspicini, fulgurales,rituals.

The art was practised in Rome chiefly by Etruscans, occasionally by native-born Romans who had studied in the priestly schools of Etruria. From the regal period to the end of the republic, haruspices were summoned from Etruria to deal with prodigies not mentioned in the pontifical and Sibylline books, and the Roman priests carried out their instructions as to the offering necessary to appease the anger of the deity concerned.

Though the art was of great importance under the early republic, it never became a part of the state religion. In this respect the haruspices ranked lower than the augurs, as is shown by the fact that they received a salary;

the augurs were a more ancient and purely Roman institution, and were a most important element in the political organization of the city. In later times the art fell into disrepute, and the saying of Cato the Censor is well known, that he wondered how one haruspex could look another in the face without laughing ( Cic. De div. ii. 24 ).

Under the empire, however, we hear of a regular collegium of sixty haruspices; and Claudius is said to have tried to restore the art and put it under the control of the pontifices. This collegium continued to exist till the time of Alaric.

See

A. Bouché-Leclercq, Histoire de la divination dans l’antiquité (1879-1881); Marquardt, Römische Staatsverwaltung, iii. (1885), pp. 410-415;

G. Schmeisser, Die etruskische Disciplin vom Bundesgenossenkriege bis zum Untergang des Heidentums ( 1881 ), and

Quaestionum de Etrusca disciplina particula ( 1872 );

P. Clairin, De haruspicibus apud Romanos ( 1880 ). Also Omen.

↑ The statement of Dionysius of Halicarnassus (ii. 22) that the haruspices were instituted by Romulus is due to his confusing them with the augurs.

Mission de ce site

Ce que nous voulons ? Le Bonheur…

Docteur WANIEK Dan, MD, DU, FMG
All Rights Reserved. Copyright © 2012

1. Cible
Nous voulons que „les Entretiens de Dammartin” puissent contribuer au bonheur de tout le monde. Mais par les temps qui courent, et avec le double langage de notre société qui prétend ouvertement qu’on ne pourrait pas vivre sans hypocrisie, qui reste donc „tout le monde ?”

Ce sont les consœurs, les confrères et les patients, tous ensemble. Et qui n’est pas visé ici ? Peut-être, pas tout à fait l’ensemble de l’industrie pharmaceutique, pour laquelle, et à travers laquelle, par ailleurs, je vois rarement ce qu’on appelle couramment le bonheur.

2. Mission
Nous voulons dire toute la vérité, et combattre le mensonge en toutes ses formes. Ce site de santé a été certifié comme „honorable”, le „24 Sep 2008” par la fondation Health On the Net en collaboration avec la Haute Autorité de Santé selon la loi n° 2004-810 du 13 août 2004. Il a été certifiée encore cette année, en octobre 2012, comme vous pouvez le constater suivant le lien sur l’image „HON” en haut sur la colonne à gauche.

3. Confidentialité, Informations légales et flicage
Comment nous traitons la confidentialité des données personnelles et privées : nous ne divulguons jamais ces informations à des tiers, notamment et surtout pas à l’industrie pharmaceutique. Si ce site utilise Google Analytics pour „analyser l’audience du site et améliorer son contenu” c’est qu’il est ainsi forcé „par défaut” par l’hébergeur Google qui a ses propres intérêts de flicage. Pour plus d’information sur les règles de confidentialité relatives à l’utilisation de ce gros machin qui s’apelle avec ses airs d’innocence Google Analytics, cliquez ici : Ce site fait par conséquent usage de cookies, mais pour les refuser et les supprimer vous pouvez configurer votre navigateur, que je vous invite chaleureusement de choisir en dehors de Google et Microsoft : Firefox est OK.

4. Attribution et datation des informations fournies
Nous fournissons toute la bibliographie et des extraits „fair use” pour illustrer nos propos, dans un esprit de vérité, pas de propagande. Il nous est agréable de constater que nous ne sommes pas les seuls à vouloir combattre la Matrice du paradigme techno-animiste qui cherche à faire des vagues tout en apportant davantage des profits pécuniaires aux „Big Fives” (le cartel mafieux de l’industrie pharmaceutique, à l’intérieur de laquelle on ne se fait plus confiance, mais pas de la concurrence non plus).

En effet, en envahissant notre métier et en détruisant la spécificité de la relation humaine strictement individuelle entre le patient et le médecin, par exemple lors de tentatives d’imposition des moyens „statistiques” concernant la collecte totale de données médicales individuelles, l’industrie pharmaceutique attaque le coeur du métier de médecin généraliste.

5. Objectivité : Raisonnement où tous les points de vues sont énoncés
Il nous paraît donc clair qu’il faut organiser une défense bien conceptualisée, sur plusieurs profondeurs, de notre champ de bataille. Désormais cette industrie contrôle l’ensemble des pratiques millénaires des confréries hippocratiques – l’enseignement, la presse médicale, les Caisses soi-disant neutres et désintéressées, le temps de consultation, presque tout. Ce qu’elle ne contrôle pas encore, c’est notre âme et notre conscience…

6. Professionnalisme
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles. Le responsable du site s’engage sur l’honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers. Les directives que nous suivons sont comprises en détail ici. Une adresse email est disponible dans la colonne de gauche.

7. Transparence du financement
Le webmestre refuse des revenus provenant de ce site. L’hébergement est gratuit, ce qui est troqué contre le flicage par Google Analytics comme expliqué plus haut.

8. Honnêteté dans la politique éditoriale
Le webmestre, le seul auteur, n’a pas de conflits d’intérêt en publiant ses points de vue en toute âme et conscience.

Voilà pour le blabla…
Bienvenue au blog !
A votre santé 🙂

Ancien Régime

Funérailles de la médecine de campagne (2)
(Ancien Régime)

by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved
Copyright © 2012

Gratuité

1. Le Cabinet médical Saint André offre librement à des dizaines de patients des centaines de consultations, des ordonnances, des arrêts, des certificats, et d’autres actes gratuites, depuis toujours, dans un souci d’aide directe prolongeant le geste médical par un geste humain.

2. Mais l’humain n’est plus toléré dans notre société „évoluée” vers les sommets actuels de la maîtrise comptable.

Voilà :

En fait, la police fiscale française reçoit, de la part de la police des caisses d’assurance maladie, le relevé complet du nombre exact d’actes de chaque médecin. Au centime près, tout est fliqué automatiquement par code barre, désormais obligatoire sur chaque ordonnance, et synthétisé dans le fameux RIAP (relevé individuel d’activité professionnelle).

3. Si l’expert comptable du cabinet ne peut pas prouver le paiement de chacun de mes actes, le flicage total fait que je suis „progressivement” répertorié comme „voleur”. Votre serviteur le crapaud a été mis gentiment dans l’eau froide, et désaltéré pieusement comme „une espèce de Maure”, Après la Bataille dans La légende des siècles de Victor Hugo:

Et dit : Tiens donne à boire à ce pauvre blessé
Tout à coup, au moment où le hussard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de Maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,

Et vise au front mon père en criant „Caramba” !
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière,
– Donne-lui quand même à boire, dit mon père.

Sauf que… Par la suite, votre serviteur le crapaud était chauffé lentement, presque bercé, et maintenant il boue dans la soupe 🙂

4. Le „Trésor” Publique m’intime donc par des mises en garde périodiques que je fais des consultations clandestines et que je gagne des revenus non-déclarés, alors même que je marque „acte gratuite” sur les ordonnances en cause.

5. Ensuite, comme „fraudeur”, je suis obligé de payer des impôts sur l’argent que je n’ai pas gagné. Finalement je paie les amendes, le „redressement”, les convocations et la „mise sous tutelle” de mes actions. Le privilège d’offrir la gratuité est payant en France 🙂

Circulez ! Tien, y a rien à voire ! Y a qu’à combler le trou !

6. Ainsi va donc le monde, et nous allons bientôt être obligés de fermer si nous sommes nous-mêmes, c’est a dire des êtres humains ! Y’a qu’a combler le trou, oookéye?

Cette action là demande la prépondérance des zombies formatés pour la Matrice, des esclaves heureux d’un système de contrôle total, triomphant contre l’humanité.

7. Par conséquent, si vous ne voulez pas, ou si vous ne pouvez pas payer la consultation, merci d’écrire a l’administration fiscale à Longnes une lettre signée, certifiant que je vous ai fait un acte gratuit, et de me faire une copie toute prête le moment où vous arrivez au cabinet.

8. Désolé pour cette mise en garde…

Pour tout dire, j’ai déjà eu deux avertissements de fermeture du cabinet pour „fraude”. Voilà ou mène la maîtrise comptable de la médecine – à sa perte, en la remplaçant par un simulacre payant.

9. Et bientôt, dégradant la dignité humaine par le flicage total, les pots pourris des administrations rendront le „patient” bien pucélé, fliqué, tracé, sur-vacciné, anesthésié, et encore plumé pour être „protégé”, le vrai responsable de sa propre perte.

Avec la conscience de sa liberté bien ré-formatée dans le sens de croissance de ses poils on y est, presque.

D’ici là, dans ce cabinet encore bien et largement ouvert, tant que la santé sera présente, ils n’y arriveront pas 🙂

Nouveau Régime

Funérailles de la médecine de campagne (1)
(Ancien Régime)

by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved
Copyright © 2012

Demandes de consultations, ajustements, conseils, ordonnances, dossiers, certificats, feuilles et autres „coups de tampon”, „entre deux patients” par texto, mail et fax au Cabinet Médical Saint André:

Désolé…

Je le faisais dans mon temps libre.

Or le temps libre, il n’y a plus du tout ! Même pour dormir. Faut consulter et assurer les urgences. Et il faut continuer… Tenir la route…

Samedi après-midi est dédié aux dossiers…

Je ne fais plus des „coups de tampons” sauvages entre deux patients, car les retards cumulés, tampons, fax, mail, texto, plus urgences me font fermer a 22:00 tous les soirs.

Sinon prenez RV pour les paperasses si c’est vraiment urgent, et je vous le fais quand même, devant vous, avec vous, gratuitement…

L’alternative est de perdre d’avantage de kilos après les quinze qui me manquent… Jusqu’où ? Voyons, dans l’esprit de la médecine, le diagnostique et le traitement :

Le Médecin est un. Les secrétaires ont déjà des difficultés avec les demandes téléphoniques, toujours plus nombreuses, et cela en dépit de leur consignes strictes de vous aider au mieux. Vous, les patients, vous êtes désormais 3500…

Donc le nombre de demandes diverses et de consultations par fax, texto SMS et mail, dépasse maintenant 30 par jour, en moyenne. Les consultations réelles sont retardées, comme si les urgences ne perturbaient pas déjà les heures de RV pris bien à l’avance. Les patients très patients sont ainsi obligés d’attendre parfois une heure, voire deux…

Nous avons la moitié de ces demandes directes de communications en dehors des heures d’ouverture du cabinet (08:00 – 11:00, à midi les visites, 14:00 – 20:00 plus cumul de retard des urgences : 22:00), toutes directement sur le téléphone d’urgences vitales…

Si on veut vraiment ne pas les bâcler, les consultations à distance demandent chacune au minimum six minutes en moyenne, soit 180 minutes, soit trois heures, soit neuf consultations réelles par jour. Or, la médecine, la vraie, ne se pratique pas sur l’écran, mais à côté du patient. Déjà c’est difficile à côté, mais à distance qui peut ne pas se tromper ?

Les demandes d’ordonnances par fax sont fliquées par les Caisses moyennant le code barre et considérées comme consultations payées… Le médecin paie des impôts et des charges sur les ordonnances gratuites, et reçoit des menaces de contrôle fiscal de la part du Trésor Publique pour travail „au noir” 🙂

Tout cela pose réellement le problème de la continuation de notre activité et mène directement à la fermeture du cabinet. Et ceci correspond d’ailleurs aux politiques des pouvoirs publics, qui „pensent” que moins de médecins signifierait plus d’économies. Alors même que le RIAP (relevé individuel d’activité professionnelle) montre que notre Cabinet, même en prescrivant des vrais médicaments et remèdes et des vrais tests bio et examens indispensables, réussit, notamment par homéopathie, à économiser tous les ans deux cent mille euro en moyenne aux Caisses des Yvelines…

Si tous les jours cinq médecins ferment leur cabinet en France ce n’est pas à cause de la tendresse des Caisses 🙂 Ainsi va le monde !

La question à cent mille euro reste celle-ci :

Un : Devons nous faire semblant d’oublier notre serment, comme les Caisses nous obligent, et baisser les bras comme tout le monde? (Faire la médecine par RV à dix jours, par prescription automatique pré-approuvée, par arrêts maladie payés de nos poches et par auscultation de six minutes entre deux insertions de carte vitale dans la fente de la télétransmission – flicage? Devons nous détruire notre propre santé, plutôt que le système hypocrite de „Sécurité” „Sociale” ?)

Deux : Ou devons nous plutôt faire de la vraie recherche des causes de la souffrance, dans la meilleure tradition médicale (intégrative) et viser patiemment, coute que coute, la guérison et non plus le „service” de „soins” ?

Au total, pour le premier choix, les grands perdants sont la médecine, la vraie, et les patients, les vrais, ceux qui patientent…

Pour le deuxième choix le temps et la santé du médecin sont mis en cause. Nous avons fait le deuxième choix, dur mais juste : Hippocrate, pas les hypocrites.

En conclusion, il résulte que pour le deuxième choix, les demandes par texto, mail, fax, seront traitées ainsi:

1. Les communications concernant les grandes urgences et les urgences vitales restent gratuites.

2. Les demandes de papiers, dossiers, certificats, rectifications et petites prescriptions restent gratuites mais seront traités uniquement le samedi entre midi et une heure d’après midi, au cabinet, en temps réel, devant le médecin, dans l’ordre de leur arrivée.

3. Les demandes d’ordonnance à envoyer directement par fax à la pharmacie de votre choix restent à votre appréciation, mais je suis obligé par le Trésor de facturer une consultation à 33 €.

4. Les demandes par téléphone au secrétariat dans la limite du temps toujours rétréci, malgré les 12-14 heures de travail dur, quotidien, restent gratuites (payés par le médecin).

5. Les demandes par mail et texto seront facturées au prorata du temps nécessaire à leur traitement, sans garantie de réponse le jour même, typiquement trois à dix euros.

En plus et en dépit de toute la bonne volonté, le médecin n’a qu’une vie, et la journée n’a que 24 heures. On ne pourra plus prêcher la santé quand on ne l’aura plus 🙂

Si vous trouvez tout ceci excessif, souvenez vous au moins que la réponse à chaque demande prend six minutes minutes en moyenne et que je paie les impôts et les charges sur tout papier que j’émets sur les ordonnances à code barre…

Merci d’avoir au moins lu cette mise en garde.

Le métier de médecin spécialiste en médecine générale et expert en homéopathie est vaste, glorieux, réjouissant et passionnant.

Il faut le sauver à tout prix et non plus l’enterrer avec la fanfare fournie gracieusement par les Caisses, tout en se demandant devant le cercueil comment on est arrivé là.

Finalement vous aurez contribué au moins au maintien de l’état de santé et l’augmentation des capacités professionnelles de votre médecin 🙂

Les Suisses ont imposé aux caisses le remboursement intégral et illimité des consultations homéopathiques ! Allemagne et la Belgique vont suivre…

Mais, l’exception française, et „le meilleur système du monde” ne tolèrent pas les améliorations. Y’a qu’à combler le trou 🙂

Cocteau l’a dit : enlevez le fumier, et le coq se meurt!

Et alors?

Alors…. Vive la France… quand même! 🙂

Vacciner ?

Concernant les vaccins contre la grippe A : Certainement pas !

by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved

Copyright © 2009

Je ne peux pas être plus formel contre la vaccination, pour les raisons suivantes :

1. Le vaccin, même sans adjuvants, est hyper dangereux; Le principe de précaution figure dans la Constitution.

2. Contrairement à ce qu’on voit et on entend (presse, TV, radio) la grippe A n’est qu’une pauvre grippette; Je préfère mille fois vous voir immunisé(e)s par la grippe (qu’on peut prévenir sans vaccin et soigner sans Tamiflu), que de vous voir tué(e)s ou paralysé(e)s par le vaccin (qu’on ne pourra pas effacer une fois fait, avec toutes ses conséquences empoisonnantes). Savez-vous que des médecins à Grenoble ont porté plainte contre l’état pour empoisonnement?

3. Le vaccin ne vous protège pas ! Tous les jours je vois des vaccinés faire la grippe 5 à 8 jours après leur vaccin !!! Penser que le vaccin était censé les faire „protéger”… Le Docteur Anthony Morris, expert en virologie et ancien Chef du Departement des Vaccins de la toute puissante U.S. Federal Food and Drug Administration (FDA), affirme textuellement „qu’il n’y a pas des données qui puissent prouver que les vaccins contre la grippe qui existent déjà seraient utiles dans la prévention, et même seulement dans l’amélioration de résultats dans n’importe quel attaque de grippe”. Ce qui est plus grave encore, il affirme aussi que les fabricants de ces vaccins sont au courant du fait que leurs produits sont inutiles (ils ne vallent rien) mais ils continuent quand même d’écouler leurs stocks (d’ailleurs déjà prêts à la consommation bien avant que la „pandémie” ne soit déclarée – ma note)

There is no evidence that any influenza vaccine thus far developed is effective in preventing or mitigating any attack of influenza (…) The producers of these vaccines know they are worthless, but they go on selling them anyway.” (Le Docteur Anthony Morris cité par Richard Gale et par le Docteur Gary Null)

4. Personne ne vous protège s’il y’a complication neurologique (qui peut être hyper grave);

5. Personne ne vous garantit que le vaccin à été testé selon les normes européennes, tout le contraire;

6. Même s’il n’était pas toxique et cancérigène, le vaccin chamboule le système immunitaire. Cela est valable surtout chez les immunodéprimés ! L’immunité vaccinale est artificielle, monovalente et passagère. L’immunité acquise par la grippe est naturelle, polyvalente et permanente. Lors des pandémies historiques (1918, 1976) seulement les vaccinés sont morts!

7. On nous dit que la grippe A serait dangereuse parce que le virus H1N1 devient mutant. Ils faut que les „experts” payés par l’état et par l’industrie pharma (ou sont-ils passés les indépendants?) se décident : De deux choses une : où le H1N1 mute, et alors le vaccin est inutile, ou le H1N1 ne mute pas, et alors l’immunité contre ce virus existe déjà!

Pourquoi donc continuer à nous laisser bassiner dans la propagande étatique corporatiste destinée à faire écouler les stocks fabriqués bien avant que la „pandémie” ne soit „déclarée”?

La résistance contre le vaccin s’organise. Ne vous laissez pas mentie(s) et chantagé(e)s par une bande de malfaiteurs à la solde de l’industrie pharmaceutique! Les faits sont là! A nous de les integrer en dehors de ces tubes étanches sous la chappe de plomb qui s’appelle „The Matrix”…

Le médecin traitant, libéral (libre) ne travaille pas pour l’état (et conformément à ses mensonges), ni pour l’industrie pharmaceutique (et son poison „scientifiquement” distillé).

Le médecin respecte le sermon d’Hippocrate, pas les serments des Hypocrites, et travaille exclusivement pour le bien être et pour la santé des patients !

Qu’ils soient donc patients ces braves patients, et les fruits de leur patience deviendront un immense arbre de connaissance !

Bien à vous,

Docteur d’âne :O)

E P I L O G U E
DERNIERES NOUVELLES – CE QUE VOUS N’ALLEZ PAS VOIR AU JOURNAL TELEVISE : LA RUSSIE ENVISAGE DE SE RETIRER DE L’OMS SI LA CORRUPTION DE CET ORGANISME EST PROUVEE

Mme Roselyne Bachelot (ministre de la santé) assignée en référé le 4 janvier 2010 au TGI de Paris

Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la Santé, a reçu vendredi dernier une assignation à comparaître en référé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris le lundi 4 janvier prochain à 9 h, aux fins de mettre un terme dans les plus brefs délais à la campagne de vaccination contre la grippe H1N1.

Cette procédure judiciaire a été engagé, devant le « danger imminent » encouru par la population, par l’Association Cri-Vie (Coordination de Recherche et d’Informations Indépendantes en matière de Santé), présidée par le Dr Marc Vercoutère (Pau, Pyrénées-Atlantiques) et le parti politique d’extrême-centre Politique de Vie, présidé par Christian Cotten (St-Aubin, Essonne), psychosociologue, ont engagé.

Dans un climat de psychose entretenue par certains experts avec la dramatisation de « quelques morts spectaculaires » (selon le Pr Daniel Floret), les français subissent la promotion commerciale du Tamiflu – source de résistances et de détresse respiratoire aiguë – et celle des vaccins pandémiques hautement toxiques dont l’autorisation de mise sur le marché a été accordée trop rapidement malgré la notion de plusieurs hépatites auto-immunes sur les 400 enfants testés et de nombreuses maladies auto-immunes chez l’adulte en rapport avec le squalène (rapports de la FDA, février 2009 et de l’Agence européenne du médicament : EMEA).

Malgré une sous-notification importante, le premier bilan de l’EMEA du 17 novembre fait d’ailleurs état de 55 décès après la vaccination de 5,7 millions de personnes, alors que les autorités s’attendaient à 5,75 décès pour 10 millions de vaccinés. Ce rapport bénéfice/risques déjà défavorable – à court terme – le sera beaucoup plus avec le déclenchement à moyen et à long terme de troubles neuropsychiques (Autisme, hyperactivité…) et « de dizaines de milliers de pathologies auto-immunes, imputées ou non au vaccin, comme les scléroses en plaques (SEP) avec le vaccin hépatite B » (Pr Marchou, CHU Toulouse). Entre 1994 et 2008, la fréquence des seules SEP était passée de 20 000 à 83 000 cas.

Alors qu’elle n’était intervenue que plusieurs années après la survenue des scandales passés, la justice française a l’opportunité de suspendre cette vaccination inefficace ainsi que l’utilisation des antiviraux avant qu’un collège d’experts indépendants n’évalue les réels effets du Tamiflu et de ces vaccins et ne propose des moyens simples et sains de prévention et d’accompagnement de la grippe.

Notre justice ne peut davantage ignorer que l’OMS, les officiels de Santé Publique et les compagnies pharmaceutiques ont construit une machine mondiale de propagande au sujet de pandémies imminentes.

Mme Chan, directrice de l’OMS, a ainsi déclaré l’alerte pandémique de niveau 6 en suivant les conseils éclairés d’experts inféodés aux lobbies pharmaceutiques.

C’est le cas des Prs Bruno Lina, président en France du GEIG, financé à 100% par les fabricants de vaccins contre la grippe et Osterhaus, conseiller en chef pour les questions de virus pour le gouvernement Britannique et Hollandais, expert-clé du SAGE (Strategic Advisory Group of Experts Président du European Scientific Working group on Influenza (ESWI) financé exclusivement par les géants pharmaceutiques, fabricants de vaccins.

Tandis que la Pologne a refusé de commander de tels vaccins, Igor Barinov, Président de la Duma, de son côté, interpellé l’ambassadeur russe auprès de l’OMS à Genève pour qu’une enquête officielle soit lancée concernant les témoignages et preuves de corruption massive au sein de l’OMS. Il a demandé qu’une investigation fasse la lumière sur les liens financiers entre les experts de l’OMS en charge de la pandémie grippale et les firmes pharmaceutiques.

Si la corruption est établie, la Russie envisage de se retirer de l’OMS.

Il est urgent qu’une commission internationale d’enquête puisse être mise sur pied, a-t-il déclaré. (Der Spiegel, 12/12/09)

Les auteurs de l’assignation et leurs avocats Maîtres Malika Ouarti (Barreau de Paris) et Jean-Pierre Joseph (Barreau de Grenoble) invitent journalistes et citoyens à assister en nombre à cette audience publique de référé qui se tiendra le lundi 4 janvier à 9 h du matin, au TGI de Paris, 4 bd du Palais (75001 PARIS), au cabinet du vice-président Emmanuel Binoche, avec les avocats des parties.

Christian Cotten (Politique de Vie http://www.politiquedevie.net) 06 89 52 06 41.
Marc Vercoutère – Cri-Vie – http://www.cri-vie.com – 06 61 55 34 73

Maître Malika Ouarti (Paris, bureaujuriconseil@orange.fr) 01 40 20 15 60.

Maître Jean-Pierre Joseph – Grenoble

Source

Ainsi va le monde de nos jours…

Bonne année quand même !

Mon Profile (gauche)

Être et non paraître, tout comme le défi du monde post-moderne, voilà tout!

by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved

Copyright © 2008
Y’a pas de voie royale vers le bonheur. Le bonheur c’est la voie !
Et comme disait Lacan… C’est 360 francs :O)

L'auteur rend hommage à Edward Gibbon à l'endroit même ou Gibbon avait eu la vision du long déclin de l'Empire Romain...L’auteur rend hommage à Edward Gibbon à l’endroit même ou Gibbon avait eu la vision du long déclin de l’Empire Romain…