Un article auroral

Functio Ocularis Systemica, the FOS Theory at its origins, in Medical Hypotheses
by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved

Copyright © 2013

L’étude de l’iris peut devenir par rapport à l’homéopathie une analyse d’image médicale digne d’un CT scan pour l’allopathie, seulement plus subtile…

IRIS-0014-NO-PASS.doc by Dan Waniek

Tiré à part d’un article rarissime

Les Etudes Cliniques de l’Iris Humain par rapport à la pathologie et le terrain by Dr Dan Waniek, MD All Rights Reserved Copyright © 2013

Tiré à part d’un article rarissime, qui ancre les études cliniques de l’iris dans la médecine alternative. La biométrie iridienne est un développement non souhaité de nos premières recherches. Un fait fondamental de la phénoménologie iridienne stromale est la transparence, et la mutabilité. Difficile de comparer les yeux même en les déroulant les images comme des codes-barre „à la volée” et à l’insu du pauvre individu dans l’Etat orwellien

Iridology_150C.pdf by Dan Waniek

Qu’est ce que j’ai encore ecrit, maintenant que j’ai le temps…

Abaris din Miazănoapte, vol. 2
by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved

Copyright © 2013

Dreptate, Ortodoxie, Românism

Acestea sunt valori ” cardinale ” – ce vin din inimă, acolo unde se află Domnul, în locul cel mai curat, tot acolo unde păstrăm originea noastră : sfinţenia interioară.

Ele nu sunt negociabile, nici valori în dialog, deoarece sunt absolute în sensul lui Petre Ţuţea, filosoful nostru neîntrecut, erou al lui Ens Realissimum.

În particular, e vorba de Corpul, Casa, Cetatea, Cosmosul şi Cerul lui Abaris, acela al Orizontului Dacic ( ORDA ), al pre-indoeuropenilor ( PIEU ), al întemeierii Ariei lingistice româneşti (ALRO), în vatra strămoşească a pristolnicelor de la Tărtăria, al lui primitium frugae, Old European Civilization ( OECI ).

Abaris acesta, un Serab, era un fel de vraci ambulant, în serviciul Zeului, binefăcător notoriu de dragul binelui, de faimă socratică.

El este personajul principal, zburător în Orizontul dacic, în vremea ce a urmat Potopului bosforic.

Cu el se deapănă timpul celei de-a treia Olimpiade, al lui Linos şi al lui Oleanos, timpul când Insula ce va deveni a Şerpilor nu era decât un megalit pe malul lacului pre-pontic, loc de rugă multă, loc de mănăstire albă din prundul Mării Negre. Şi loc de pomenire…

Căci locul are o istorie. Iar noi o depănăm, în urma unor uriaşi ca Nicolae Densuşianu, folosind etimologiile lui Pokorny, ca şi descoperirile lui Colin Renfrew sau ale Marijei Gimbutas, din vremi de civilizaţie europeană când nu erau războaie, nici cimitire mari…

Abaris_02.pdf by Dan Waniek

L’Unicisme pour les Nuls

L’Unicisme pour les Nuls
by Dr Dan Waniek, MD
All Rights Reserved

Copyright © 2013

L’Unicisme est pour la Médecine ce que le guérisseur est pour le patient : une relation directe. Sir Francis Peabody l’avait dit : The secret of patient care is caring for the patient. L’unicisme n’est pas un algorithme, qui met la Matière en relation avec le Remède unique à travers le Répertoire. Ce n’est pas du blabla, c’est n’est pas du spiritualisme ou du charlatanisme. C’est une discipline, parfois plus rigoureuse que l’allopathie. Et c’est l’homéopathie telle que Samuel Hahnemann l’avait découverte, et pratiquée. Bon, il y a trente six mille écoles en France que même le Journal d’Homéopathie à du mal à recenser. Mais invidia medicorum pessima, nous ne cherchons pas le conformisme à une école, ni le sceau d’un maître. Nous cherchons le terrain.

L’UNICISME POUR LES NULS

Il y a un étude que je publie sur Scribd concernant la cardinalité de l’homéopathie uniciste, c’est à dire le caractère fondamental du remède, en prenant IRIS versicolor ( IRIV ) comme exemple… cardinal. Le remède n’est pas une trouvaille, c’est un lien subtil, nommé similitude, d’où simillimum, entre le patient et sa guérison. Le paradigme pondéral convient à la grossièreté de la matière, mais la guérison – dont on parle peu ou pas du tout en allopathie, se contentant maintenant d’un volatil „service médical apporté au patient” et de l’accolade des Académies – est une affaire d’information autant que d’énergie ou de substance. La cardinalité non plus n’est pas une invention, mais la consécration d’un principe, plus large que celui de la similarité.

L’esprit du remède, si cher au Didier Grandgeorge, n’est pas un portrait robot qui réduit le nombre de terrains au nombre de remèdes unicistes. Il n’est pas un raccourci non plus. Il est la caractéristique la plus subtile, car symboliquement correcte, de ce lien cardinal entre un organisme unique et son histoire condensé, qui représente le remède.